Allez les filles ! Expériences et points de vue croisés de femmes dans les STEM

Posted 04/12/2021 by Sónia Reis

Que pouvons-nous faire pour donner aux adolescentes l’envie de se pencher sur les STEM (sciences technologie ingénierie mathématiques)? Dans un monde où les innovations scientifiques et technologiques seront clé, nous ne pouvons exclure la moitié des talents de la planète. Nous avons besoin des filles et des femmes !

Notre réseau d'enseignants T3 comprend l'importance de motiver les filles à travailler dans les STEM. Quatre instructeurs T3 et deux étudiantes d'Europe partagent leurs expériences sur les questions de genre, les méthodes en classe et l'enseignement des STEM.

Les garçons et les filles réussissent-ils aussi bien dans les STEM ?

"Dans mon cours de physique, le ratio garçons/filles est généralement de 50/50", explique Cathy Baars, professeur de physique aux Pays-Bas. "Ils obtiennent les mêmes résultats, il n'y a donc aucune raison pour que les filles ne choisissent pas les STEM". Fernanda Neri, professeur de physique-chimie au Portugal, constate également un rapport équilibré entre garçons et filles dans son école au Portugal.

"Nous ne remarquons pas de différence dans leurs performances, en termes de notes. Je remarque cependant que les filles osent moins prendre de risque. La plupart des enseignants sont des femmes. Mais lorsque nous organisons une formation T3 pour introduire une nouvelle technologie, elles laissent parfois les hommes s'en servir "parce qu'ils sont plus doués". Mais en agissant ainsi, les enseignantes ne peuvent pas transmettre les connaissances à leurs élèves."

Fernanda Neri (à droite) dans la réunion Erasmus « Le pouvoir des maths »

Pour aider les filles à réussir dans les STEM, le gouvernement allemand a, par exemple, instauré une journée spéciale pour les filles. "En 2019, trois de nos élèves ont pu montrer à la chancelière Angela Merkel que les filles sont aussi bonnes que les garçons", explique Mirco Tewes, enseignant au lycée Primo Levi. "Elles ont centré leur démonstration autour du thème 'que voulez-vous dire par les filles ne peuvent pas se garer ?'.

Pour appuyer leur démonstration, elles ont programmé un véhicule robotique avec une assistance au stationnement en utilisant la technologie TI pour montrer comment fonctionne le stationnement autonome. L'expérience pourrait, en effet, avoir eu un impact sur les choix de carrière des filles. L'une d'entre elles a décidé d'étudier l’ingénierie biomédicale, une autre a pris une année sabbatique et la troisième étudie les mathématiques à Berlin.''

Des élèves du Gymanisum Primo Levi avec la chancelière Angela Merkel lors de la Journée des filles dans les STEM en Allemagne.

 Les filles étaient-elles traitées différemment quand vous étiez à l'école ?

Ana (25 ans), une étudiante portugaise préparant un doctorat en informatique quantique, n'a jamais eu l'impression d'être traitée différemment à l'école parce qu'elle était une fille.

"Cependant, dès mon plus jeune âge, je me souviens avoir entendu dire que les filles préféraient la chimie et les garçons la physique. Je ne sais pas comment cela s'est développé. Peut-être y a-t-il effectivement une différence dans le fonctionnement de nos cerveaux, ou bien s'agissait-il d'un modèle initial dans les choix, qui a ensuite été perpétué par des influences culturelles et sociales. Mais c'est quelque chose qui m'a suivi depuis que je suis petite, dans les blagues et les conversations quotidiennes."

.

La doctorante Ana partage son expérience sur ses études en informatique quantique.

Eva (24 ans), étudiante néerlandaise en médecine, a vécu une expérience similaire. "La part de garçons et de filles faisant des études techniques était assez équilibré mais le choix de spécialité restait influencé par le genre. De même, on acceptait volontiers que les filles choisissent des cours de mathématiques considérés comme "plus faciles".

Plusieurs d'entre elles ont fini par passer des examens de mathématiques supplémentaires pendant l'été afin de pouvoir être admises dans des études supérieures." La formatrice T3 Cathy Baars pense que les enseignants doivent également être attentifs au risque de biais de genre. "Par exemple, si un garçon obtient six sur dix, il peut être autorisé à poursuivre en physique, mais si c'est le cas d'une fille, il pourrait y avoir des doutes sur ses capacités", dit-elle. 

L'enseignante néerlandaise a vécu une expérience positive dans l'enseignement secondaire lorsqu'elle était adolescente, mais c'était, selon elle, "probablement parce que j'étais très curieuse des sciences et que j'excellais."

Thérèse Froehlich, enseignante en TIC à l'école européenne de Strasbourg, a vécu une expérience différente. Elle a fini par contester les conseils qu'elle a reçus - qui consistaient à ne pas poursuivre les STEM. "Ma professeure principale en première année de lycée m'a dit que je n'avais pas le profil d'un étudiant en sciences", raconte-t-elle. "Elle m'a suggéré de me concentrer plutôt sur la littérature. Je n'ai pas baissé les bras et je suis sortie du lycée avec un bac C, un baccalauréat en mathématiques, physique et chimie."

Qu’est-ce-qui motive les filles dans les STEM ?

"Les exercices et les problèmes sont comme un jeu pour moi, j'aime trouver les solutions", explique Ana, doctorante portugaise, qui a toujours su qu'elle voulait étudier les STEM. "J'aime raisonner et non mémoriser, c'était donc un choix naturel pour moi". Sa mère, Fernanda Neri, professeur de sciences, affirme que c'est son "brillant" professeur de physique-chimie en 8e année qui lui a fait aimer la matière. "J'ai apprécié le fait que la physique et la chimie puissent expliquer le monde dans lequel nous vivons", explique Fernanda. "Ensuite, en 10e année, j'ai eu le pire professeur qui soit, mais cela m'a motivé. Cela m'a fait voir qu'un professeur pouvait gâcher une matière que j'aime étudier - et cela m'a motivé à devenir un professeur qui inspire les étudiants. En tant que femme, je suis un exemple pour mes étudiantes. Lorsqu'elles me voient faire des expériences, coder, travailler avec l'électricité et avoir confiance en moi, j'espère qu'elles réalisent que ce n'est pas seulement pour les garçons ou les hommes. J'aime aussi montrer aux filles qu'il n'y a aucun problème à échouer".

Le fait de montrer l'exemple semble avoir une grande influence. Eva, une étudiante néerlandaise, dit avoir été inspirée par son professeur de physique, qui était très enthousiaste. "Elle se démarquait parmi tous les hommes guindés. Quand elle nous a enseigné l'épidémiologie et l'origine des maladies, elle m'a vraiment intéressé. Elle m'a motivé à choisir la médecine et, en ce sens, elle m'a ouvert de nouvelles portes. Rétrospectivement, j'ai choisi certaines matières parce que j'aimais les professeurs qui les enseignaient", dit-elle. "C'est dommage, car en chimie, nous avions un professeur peu inspirant et j'ai découvert à l'université à quel point j'aimais cette matière."

Cathy Baars a également réalisé qu'elle est un modèle et que cela aide les filles à se lancer dans les STEM. "Lors d'un projet où les élèves apprenaient à programmer le véhicule robotique TI-Innovator™ Rover, l'une des filles a tellement apprécié qu'elle a décidé qu'elle voulait en apprendre davantage. Elle a choisi de poursuivre des études supérieures scientifiques pour se spécialiser dans l’informatique bancaire. Vous avez façonné ma carrière", m'a-t-elle dit plus tard.

Cathy Baars, enseignante de physique-chimie avec ses classes

Au cours de son master en génie électrique et automatique, Thérèse Froehlich, professeure française, a été inspirée par les méthodes d'enseignement utilisées par son professeur d'électronique. "Elle parlait des composants électroniques comme s'il s'agissait de petits êtres vivants. Les montages électroniques devenaient des rondes d'enfants qui, ensemble, produisaient des phénomènes physiques. Elle a réussi à piquer ma curiosité pour l'électronique en me faisant découvrir un autre mode d'enseignement."

Que peuvent faire les enseignants pour aider les filles à réussir dans les STEM ?

Thérèse Froehlich a adopté le même type d'approche que son professeur en électronique. "Et j'ai introduit beaucoup plus d'expériences de laboratoire pour faire participer les filles", dit-elle. Fernanda Neri quant à elle pousse délibérément les filles à être en première ligne et les encourage à faire des expériences pratiques. "J'avais remarqué que lorsque les élèves pouvaient choisir entre plusieurs tâches, seuls les garçons se dirigeaient vers une activité impliquant la programmation", explique-t-elle. "Donc, la deuxième fois que j'ai réalisé le projet, j'ai exhorté les filles à participer au codage et à l'expérimentation. Même là, certaines filles se contentaient de regarder, au lieu de participer activement. Elles semblaient avoir peur de se tromper ou de faire des erreurs. Mais je suis consciente de cela, alors j'encourage les filles à sortir de leur zone de confort et à montrer ce dont elles sont capables."

Etudiantes portugaises travaillant sur un fauteuil pour paraplégique à l’aide du robot TI-Innovator™ Rover et récompensé par un prix lors d’un concours national.

Cathy Baars a remarqué que les filles partagent parfois des intérêts assez spécifiques, comme la connaissance du corps humain. "Nous travaillons parfois avec la méthode de la classe inversée, où les élèves décident de la tâche sur laquelle ils vont travailler", explique-t-elle. "Cela motive les filles à choisir des sujets qui les intéressent. Les filles ont également beaucoup apprécié un projet d'introduction au codage axé sur la création artistique en Python. Dans les projets suivants, les filles se sont chargées de la plupart des tâches de programmation.

Une autre pratique vertueuse est la méthode Scrum, qui consiste à créer des groupes en fonction des talents et des compétences des participants. Il en résulte automatiquement un bon équilibre entre les garçons et les filles. La méthode responsabilise à la fois les garçons et les filles et ils font tous l'expérience de leurs compétences spécifiques contribuant au fonctionnement de l'ensemble du groupe."

Pourquoi les filles devraient-elles opter pour une formation et une carrière dans les
STEM ?

Toutes les filles qui veulent étudier les STEM devraient se lancer, affirme Cathy Baars. "En tant qu'enseignante, j'aborde mes élèves de manière totalement neutre sur le plan du genre. Pour moi, l'enseignement consiste à montrer aux élèves la beauté de la physique." Eva, l’étudiante, pense que les filles devraient être libres de leurs options et de leurs choix, même si elle doute de la tactique consistant à surstimuler les filles pour qu'elles choisissent les STEM. "Chaque élève devrait choisir l'éducation et la profession qui correspondent à ses talents", dit-elle. Ana est d'accord et est satisfaite de son choix. "L'informatique quantique est très attrayante et enrichissante car c'est un sujet de recherche très récent. Je pense que nous devons changer l'opinion selon laquelle les femmes ont plus de difficultés que les hommes dans certains domaines, afin que la nouvelle génération d'étudiants ne soit pas influencée par cela. Les carrières STEM sont de très bonnes carrières, intéressantes et avec du potentiel de développement. Les femmes ne devraient pas se retenir par insécurité ou par peur. Si elles aiment les sujets STEM, elles doivent les poursuivre. Nous pouvons réaliser tout ce que nous voulons lorsque nous travaillons dur."

Elèves néerlandaises travaillant sur un projet en physique